Tarek's painting

Tarek interviewé sur Hip Open

« Depuis mon enfance, j’ai appris de la vie que le travail, l’honnêteté dans les rapports avec son environnement et la fidélité à ses convictions permettent de réaliser les rêves les plus fous… »

Tarek est un artiste au parcours tellement riche et varié que l’on ne sait par où commencer… Auteur de bande dessinée depuis 1999 et auteur du livre de référence sur le graffiti : Paris Tonkar (paru en 1991). Il pratique la photographie depuis de nombreuses années tout comme la peinture. Il commence très jeune la photo puis avec la découverte du graffiti vers 1985, il capture en images les tags et les graffs. C’est à Londres, en 1986, que Tarek comprend la signification du Graffiti et qu’il se décide à en faire… « Avant, j’avais vu des graffitis du côté de la Petite ceinture sans vraiment savoir ce que cela représentait, ainsi que des tags de Boxer, Bando… Et Blitz ! »

Tarek

Au début, lorsque tu t’es mis à taguer, savais-tu que cette pratique était associée à la culture Hip Hop ou cette prise de conscience est venue plus tard ?

Non, je n’avais pas associé le Hip Hop au Tag lorsque j’ai débuté… Pour moi, c’était deux choses différentes et même antagoniques. J’ai smurfé dans les caves de ma cité avec mes amis au début des années 80 mais sans avoir conscience que cela représentait les prémices de ce mouvement en France… Ensuite, la Zulu Nation est apparue dans mon univers. J’ai été en contact avec un gars qui en faisait partie mais sans que cela ne me donne envie d’approfondir la chose. Pour être franc, je me sentais très loin de leur « philosophie »… Je n’éprouvais pas le besoin de m’enfermer dans une autre identité ou une autre culture. Je me sentais bien comme Français et comme Tunisiens. Pour moi, le Tag était avant tout un moyen de faire des choses interdites la nuit… Et le jour ! Tandis que je bossais sur mon livre, la reine Candy m’avait appelé un jour pour me persuader de ne pas le faire car je ne faisais pas partie de la Zulu Nation. Je lui ai gentiment rétorqué que son avis ne m’intéressait pas puis j’ai raccroché !

La suite de l’interview : TAREK (Paris Tonkar) | HIP OPEN

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s